La stérilisation féminine

sterilisation-rond

La stérilisation, une contraception définitive

La ligature des trompes

La ligature des trompes est une intervention chirurgicale destinée à rendre les trompes imperméables et à empêcher ainsi la rencontre des gamètes (ovocyte et spermatozoïdes).
Cette interventions n’a pas d’impact sur l’équilibre hormonal, le désir et le plaisir sexuel.1

Comment ça marche ?

La ligature des trompes nécessite une hospitalisation de 24 à 48 heures et une anesthésie générale. Elle s’effectue par voie cœlioscopie ou par voie vaginale. L’obturation des trompes peut être réalisée avec du fil non résorbable ou à l’aide de clips ou d’anneaux. Elle peut avoir des suites douloureuses (douleurs abdominales). Elle est efficace immédiatement.
Cette technique doit être considérée comme irréversible car même si la reperméabilisation chirurgicale est possible, elle est difficile et d’efficacité incertaine.

La méthode de stérilisation à visée contraceptive ne protège pas des infections sexuellement transmissibles, seuls les préservatifs (masculins et féminins) protègent efficacement contre les IST.

Efficacité de la stérilisation féminine1

Le taux de grossesses non souhaitées pour 100 femmes la 1ère année d’utilisation est de 0,5 % en pratique optimale ou courante.

Comment y avoir accès ?

La stérilisation est depuis 2001 légalement encadrée. Le Code de la santé publique précise que la stérilisation à visée contraceptive ne peut être pratiquée :

  • sur une personne mineure
  • que si la personne intéressée a exprimé une volonté libre, motivée et délibérée après avoir reçu une information médicale claire et complète sur ses conséquences.

 

Un délai de réflexion de 4 mois doit être respecté après décision initiale de stérilisation et recueil du consentement. La signature d’un consentement éclairé est obligatoire.
La ligature de trompes est pratiquées par les gynécologues-obstétriciens (chirurgiens). Cette intervention est réalisée en établissement de santé (public ou privé).

La méthode endoscopique de stérilisation féminine (pose de micro-implants dans les trompes) n’est plus pratiquée en France.