Le préservatif masculin

preservatif-masculin

« préservatif », « condom », « capote » …Différents termes peuvent être utilisés pour évoquer cette méthode contraceptive. C’est le moyen le plus simple d’éviter une grossesse et une infection sexuellement transmissible.

Utilisé depuis longtemps, avec ou sans réservoir, il existe de nombreuses sortes de préservatifs masculin (couleurs, parfums, textures,…). A chacun ses préférences… Il existe même des préservatifs sans latex en cas d’allergie.

Important : Préférer un modèle homologué CE (Communauté Européenne) ou NF (Norme Française)

 

Efficacité du préservatif masculin

S’ils sont bien utilisés, les préservatifs sont efficaces à plus de 95%. En pratique courante, il faut rester vigilant : l’efficacité peut être réduite jusqu’à 86% (préservatif déchiré, placé imparfaitement, trop tard, resté dans le vagin, abîmé, périmé…) Leur efficacité peut toutefois être renforcée si leur utilisation est associée à des spermicides.

 

Comment fonctionne le préservatif masculin ?

En pratique, les préservatifs masculins recueillent les spermatozoïdes et les empêchent ainsi d’entrer dans l’utérus.

Seuls les préservatifs (masculins et féminins) protègent efficacement contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

A utiliser lors de chaque rapport sexuel, avant la pénétration, sur un pénis en érection. Le retirer avant la fin de l’érection, en le tenant par son ouverture. Le nouer et le jeter. Il faut changer le préservatif à chaque rapport sexuel.

Consultez cette page pour savoir comment mettre un préservatif masculin.

 

Comment se les procurer et à quel prix ?

On peut trouver des préservatifs au prix* de 56 cts l’unité. On peut également s’en procurer gratuitement dans les Centres de Planification et d’Education Familiale (CPEF) et dans les centres de dépistage du VIH. Ils sont accessibles directement, par exemple en pharmacie, en grandes surfaces, distributeur automatique …

 

L’histoire de la Capote

Dans l’Egypte ancienne, les spermicides étaient composés de crottes fermentées d’éléphants ou de crocodiles, mélangées à du miel ou à des dattes.

Dans les civilisations antiques, l’intestin du porc était aussi utilisé en tant que préservatif.