Méthodes de contraception à suivre et à éviter

CONTRACEPTION : DO’S & DON’TS

 

Bonjour vous,

hello

 

Est-ce que vous ne vous êtes jamais demandées, au moment de vous endormir, comment ils faisaient autrefois pour éviter les grossesses non-désirées ? Quand on sait qu’au Moyen-Âge par exemple, les gens étaient prêts à boire plus de vin que d’eau car cette dernière était polluée, la question se pose !

Contrôler sa fertilité a toujours été une préoccupation – que ce soit pour tomber enceinte ou pour éviter de tomber enceinte – et les remèdes de grand-mère teintés de superstition se sont multipliés au fil du temps.

 

khaleesi

 

Il y a eu l’éponge imbibée de jus de citron (aïe), les bonnes saignées avant (ouille), le jus d’oignon (berk) et le mercure chaud à avaler (beeeerk), les douches vaginales au soda (uh ?) et bien sûr le classique dé à coudre. Des méthodes qui, au mieux, étaient inefficaces et au pire, s’avéraient mortelles. Donc on a laissé tomber tout ça au profit de la science. Ouf !

… Sauf que ces méthodes, dites aussi méthodes « naturelles », si elles sont plus pragmatiques et toujours d’actualité, ont prouvé qu’elles étaient aussi fiables qu’un matou mignon (i.e. mignon jusqu’au moment où il se met à nous griffer le mollet).

 

Méthodes de contraception naturelles

 

  • Le retrait : Efficace à 78% seulement. C’est plus que la moyenne certes, mais 22% c’est quand même beaucoup, surtout multiplié par le nombre de rapports sexuels. Mangeriez-vous cette demi-douzaine d’huîtres à Noël si vous saviez que pour chacune d’entre elles, vous avez 22% de faire une indigestion carabinée ?

 

  • L’abstinence périodique : Ici, on observe son corps (glaire cervicale, température) pour connaître son jour d’ovulation. Il existe même des applications permettant de tracer son cycle car c’est ça aussi, la technologie. En réalité, cela suppose d’avoir des cycles très réguliers et de pouvoir prévoir une période d’abstinence assez longue. Car s’il existe bien UN lâcher d’ovule par cycle, il faut savoir rester sur ses gardes : les spermatozoïdes sont malins. Leur durée de vie est, pour eux, de 5 jours (et ils ne sont pas du genre à voyager solo) ce qui veut dire que tout rapport survenu dans les 5 jours précédents l’ovulation est à risque de conception. Clairement, le calcul du cycle est plus intéressant lorsque l’on veut tomber enceinte : il est plus facile de déterminer quand la fenêtre de la fertilité est ouverte que de savoir quand elle se ferme vraiment.

 

Modes de contraception qui fonctionnent

 

spongebob

Aujourd’hui, il existe un tas de méthodes efficaces. Préservatif, stérilet, pilule, ou encore implant, le tout est de savoir ce qui vous correspond le mieux. Avec ou sans hormones ? Durée d’action longue (comme le stérilet, à changer tous les 3, 5 ou 10 ans selon le modèle) ou courte (préservatif, diaphragme ou cape cervicale, à utiliser à chaque rapport) ? Prenez le temps d’y réfléchir, parlez-en à votre médecin ou sage-femme qui pourra vous aider à choisir. Dans tous les cas, le choix vous appartient. Si quelqu’un vous dit le contraire, riez très fort.

 

Mais attention : chaque méthode requiert une bonne pratique. La pilule par exemple, doit être prise tous les jours. Le préservatif doit être conservé dans un endroit sec et protégé ainsi que sorti de son emballage délicatement (risque de déchirure). L’anneau vaginal doit être inséré et retiré aux bonnes dates afin qu’il soit pleinement efficace.

 

Pensez enfin que l’ovulation est im-pré-vi-si-ble. Contrairement à la croyance populaire, elle n’a pas forcément lieu le 14ème jour du cycle et elle peut varier d’un cycle à l’autre, même chez une femme dont les cycles sont réguliers. Chaque corps répond à ses propres règles – ici, sans jeu de mots.

 

oui

 

 

Modes de contraception à éviter

 

En cas de préservatif déchiré, d’un oubli de pilule, d’absence de moyen de contraception… Il existe alors les contraceptions d’urgence.

  • La pilule du lendemain est à prendre le plus rapidement possible après le rapport à risque de grossesse et au minimum selon la pilule dans les 3 à 5 jours suivant le rapport. Cette méthode ne provoque pas un avortement. Elle empêche l’ovulation. C’est-à-dire qu’elle n’aura pas d’effet si l’ovulation a déjà eu lieu ou si elle est en cours. C’est la raison pour laquelle la pilule du lendemain n’est pas efficace à 100%. Elle est disponible directement à la pharmacie.
  • Le stérilet au cuivre est autre alternative. Il peut être posé jusqu’à 5 jours après le rapport sexuel à risque de grossesse par un médecin ou une sage-femme et a l’avantage de servir de contraception régulière par la suite !

 

On espère que tout ceci vous aidera à y voir plus clair !

D’ici là, restez vous-mêmes.