Le clitoris : on en parle ?

Bonjour vous,

Aujourd’hui nous allons parler d’un truc super.

Le CLITORIS

Ces derniers temps, le mot est à la une des médias et d’Internet. Même s’il fait beaucoup parler de lui en 2017, il faut savoir que le clitoris a été inventé en 1856 toujours existé. Alors, pourquoi maintenant? La question serait plutôt : pourquoi si tard?

Tout a commencé avec un livre éducatif pour enfants.

En mars 2017, le médecin et animateur du Magazine de la Santé diffusé sur la chaîne France 5 depuis presque 20 ans, Michel Cymes, sort un livre intitulé «Quand ça va, quand ça va pas : le corps expliqué aux enfants (et aux parents !)». Jusqu’ici, tout va bien. Sauf que non. L’ouvrage contient quatre pages consacrées aux organes sexuels : deux pour le zizi, deux pour la zézette. Et là, scandale, le texte et les illustrations relatifs à la zézette ne disent pas tout. Plus précisément : ils ne parlent pas du clitoris.

A partir de là, les internautes (en majorité femmes, bien sûr, puisque c’est toujours à nous qu’incombe la charge mentale de sauver le monde) font du clitoris une rock star.

Le clitoris : un organe sexuel féminin méconnu

Plus incroyable : France TV Info part à la recherche du clitoris. Est-ce que quelqu’un l’a vu? Reconnaissez-vous cette photo? Le clitoris prend des airs de licorne. Alors que nous veut-il? A quoi sert-il? Quels sont ses réseaux?

 

 

 

 

 

 

Dans le Petit Robert, la définition est la suivante : «n.m. grec kleitoris. Petit organe érectile de la vulve, situé à la jonction de l’extrémité supérieure des petites lèvres.»

D’après cette information, nous savons ce que le clitoris fait (il est érectile) et où il se trouve. Mais le pauvre vieux semble être réduit à ce petit bout de chair sans prétention. Le seul terme kleitoris, emprunté en grec, n’a pas de traduction claire et précise. Selon les manuels, il signifie «petite colline» (poésie je crie ton nom), «je ferme» (aucun rapport) ou «clé» (déjà plus intéressant). On ne sait pas trop ce qu’il fabrique, ni pourquoi Mère Nature a trouvé bon de l’intégrer aux organes génitaux féminins, et pourtant il est là. Or, si ce petit machin ne servait à rien, des fous furieux n’essaieraient pas de l’éradiquer par tous les moyens. Toutefois, pas de panique si vous vous considérez comme inculte en la matière (homme ou femme), sachez que diverses enquêtes montrent les carences en termes d’éducation sexuelle dans les collèges et lycées.

Le saviez-vous ? Nous ne sommes pas la seule espèce chanceuse. De nombreux animaux disposent aussi d’un clitoris. La hyène femelle, par exemple, a un clitoris si imposant qu’on pourrait presque le confondre avec un pénis. You go girl !

Le meilleur d’entre tous les organes

Levons donc le tabou : le clitoris favorise «le développement de la motivation sexuelle et la jouissance» (car Wikipédia ne dit pas que des bêtises). Le clitoris est super car il ne sert qu’à une chose : faire plaisir. C’est toute sa beauté. Et tant que nous l’aimons, il nous aimera en retour!

 

 

 

 

 

Alors comment en prendre soin ?

Vous pouvez lui parler tous les matins, mais ce n’est pas ce qui importe le plus. En revanche sous la douche, quelques petits points à retenir :

  • C’est bien de le laver régulièrement, avec un savon pas trop chimique qui respecte le pH de la peau (i.e. pas de détergent ni de déo SVP)
  • Le laver = ne pas se contenter de faire mousser son pubis. Mieux vaut déplisser les lèvres pour bien nettoyer entre les plis et son petit capuchon.
  • Eviter les piercings à son endroit. C’est un être sensible et fragile.
  • Vive les culottes en coton! (ça ça vaut pour toute la région, qui supporte difficilement les matières synthétiques)

Enfin, n’hésitez pas à parler de lui à votre partenaire. La présence du clitoris est une bonne nouvelle qu’il ou elle est en droit de connaître! Le clitoris, élu organe de l’année depuis la nuit des temps.

A noter que l’éditeur de Michel Cymes a entendu la grogne des réseaux sociaux et s’est promis de réparer sa maladresse dans les futures rééditions du livre.

Pour en savoir plus, Clit’Info.