FICHE SANTÉ : VOTRE POIDS ET VOUS

abnehmen für die gesundheit

 

Le risque de surpoids continue d’augmenter en France, même si les chiffres restent inférieurs à ceux d’autres pays comme en Allemagne ou au Royaume-Uni1.

En 2006, 41 % des femmes françaises étaient en surcharge pondérale1.

 

Juste un peu rond(e) ou carrément en surpoids ?

Le surpoids et l’obésité sont définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé2.

Le dépistage repose sur l’indice de masse corporelle (IMC)3. Il se calcule en divisant le poids (en kilogrammes) par la taille (en mètre) au carré.

 

ex. : Jeanne mesure 1m63 et pèse 59 kg

  • Il faut diviser 59 par (1,63 x 1,63)
  • L’IMC de Jeanne est donc de 22,2 kg/m2

 

  • IMC supérieur ou égal à 25 kg/m2 : surpoids
  • IMC supérieur ou égal à 30 kg/m : obésité
  • IMC entre 25 et 30 : kg/m2 : un tour de taille élevé (supérieur ou égal à 80 cm chez la femme et à 94 cm chez l’homme) est un facteur de risque de diabète et de maladie cardio-vasculaire3.

Les facteurs favorisant le surpoids et l’obésité

Le surpoids et l’obésité sont principalement expliqués par deux éléments :

La façon de s’alimenter : augmentation des apports alimentaires,  nourriture à faible valeur nutritive et haute teneur en graisses et sucres (hamburgers, hot dogs, frites, sodas…)  ;

La sédentarité : manque d’activité physique, position assise devant devant la TV, la console de jeux ou la tablette…

L’apport calorique par l’alimentation étant supérieur aux dépenses caloriques du corps, le bilan énergétique est positif et entraîne une augmentation du poids4.

D’autres facteurs sont associés au risque de surpoids et l’obésité, comme le manque de sommeil ou la perturbation du comportement alimentaire induite par les régimes dans le but de maigrir ou de ne pas grossir.

Quelles solutions pour trouver un poids d’équilibre ?

Lorsqu’on mange en respectant ses sensations alimentaires, le corps se stabilise5.

Plutôt que de maigrir à tout prix, le but est de transformer durablement les mauvaises habitudes en bonnes habitudes et d’équilibrer ses apports alimentaires et ses dépenses énergétiques4.

 

Modifier son alimentation

  • Les 9 repères du PNNS (Programme National Nutrition Santé)5
  • Fruit et légumes : au moins 5 par jour
  • Produits laitiers : 3 à 4 par jour
  • Féculents à chaque repas et selon l’appétit
  • Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour
  • Matières grasses à limiter
  • Produits sucrés à limiter
  • Sel à limiter
  • Eau à volonté

 

Reprendre goût à l’effort en faisant au moins l’équivalent de 30 min de marche rapide par jour (1h pour les adolescents)

Réduire les activités sédentaires.

Il est recommandé de limiter les comportements sédentaires, notamment les temps d’écran à visée récréative (télévision, console de jeux, ordinateur, téléphone portable)3.

Augmenter l’activité physique.

Il est recommandé la pratique régulière, 2 à 3 fois par semaine, puis progressivement tous les jours, d’activités physiques quelles qu’elles soient. Toute occasion pour bouger est bonne !

Rééquilibrer son rythme de vie.

Prendre régulièrement un petit déjeuner.

Prendre 3 repas par jour et une collation légère au goûter pour éviter le grignotage.

Mâcher lentement et écouter son appétit.

Dormir suffisamment.

 

À chaque âge, le corps a des besoins spécifiques, en termes d’alimentation comme d’activité physique.

Vous retrouverez de nombreux conseils sur www.mangerbouger.fr

 

Et si vous avez des problèmes de poids, n’hésitez pas à vous faire aider. En effet il n’existe pas de solution simple et toute faite ! Vous pouvez consulter le site du Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids www.gros.org où vous trouverez une mine de renseignements.