La pilule connaît une baisse de popularité chez les jeunes

Unhappy thumbs down woman

La pilule, méthode de contraception d’une majorité de Françaises : différents travaux de recherche ont mis en évidence un « modèle » de contraception française… au centre duquel se trouve la pilule.

Si le préservatif est le moyen de contraception le plus utilisé au début de la vie sexuelle, avec l’âge, ou l’installation dans une relation de couple stable, les jeunes femmes se tournent davantage vers la pilule contraceptive.

Une fois le nombre d’enfants souhaité atteint, la plupart d’entre elles s’orientent vers le Dispositif Intra Utérin (ou stérilet).

La pilule reste toutefois le moyen de contraception le plus utilisé en France. En 2010, la moitié des femmes concernées par la contraception avaient choisi cette méthode.

La pilule contraceptive délaissée par les jeunes femmes

Depuis 1967, date de la légalisation de la contraception, le nombre de femmes ayant recours à la pilule n’a cessé d’augmenter. Mais depuis le début des années 2000, il diminue, notamment chez les jeunes.

Entre 2000 et 2010, l’utilisation de la pilule contraceptive aurait baissé de 4,4 % chez les 18-19 ans… et de 10,4 % chez les 20-24 ans !

La baisse du recours à la pilule peut tout simplement s’expliquer par une préférence pour d’autres modes de contraception.
Chez les 18-19 ans par exemple, la pilule contraceptive est un peu délaissée au profit du préservatif ou des nouvelles méthodes de contraception hormonales.

En ce qui concerne les 20-24 ans, chez qui la baisse du recours à la pilule est particulièrement importante, l’explication n’est en revanche pas aussi simple.

La crainte de l’oubli de pilule inciterait-elle les jeunes femmes à changer de méthode de contraception ? L’abandon de la pilule engendrerait alors une hausse de l’utilisation d’autres contraceptifs… Ce n’est pas le cas ici.

Les jeunes femmes de 20 à 24 ans seraient-elles de plus en plus nombreuses à se préparer à devenir maman ? L’âge des femmes au premier enfant continuant d’augmenter, c’est peu probable.

 

Baisse du recours à la pilule chez les 20-24 ans : un problème de coût ?

La dégradation de la situation économique de beaucoup de jeunes femmes aurait également une incidence sur cette situation.

Chez les 20-24 en effet, le taux de chômage est passé de 16,5 % en 2000 à 21,2 % en 2010. Les études révèlent d’ailleurs que les jeunes femmes connaissant des difficultés financières et ne vivant plus chez leurs parents ont moins recours à la pilule que les autres.

La pilule, lorsqu’elle n’est pas remboursée, peut peser lourd dans un budget. Et seules 43 % des jeunes femmes en situation financière difficile voient aujourd’hui leur contraception totalement remboursée.

Enfin, il est certain que la crise médiatique concernant le sur-risque thrombo-embolique veineux des pilules de 3ème et 4ème génération a rendu les femmes plus méfiantes vis-à-vis de la pilule. De ce fait, certaines ont arrêté la pilule se mettant ainsi dans des situations de risques de grossesse non désirées. Tandis que d’autres se sont tournées vers d’autres moyens contraceptifs sans hormones tel que le DIU au cuivre.

Médecins traitants, gynécologues et sages-femmes sont là pour proposer à chaque femme une solution de contraception, parfaitement adaptée à ses besoins et à son mode de vie. Il suffit de consulter pour la trouver.

 

References

Bajos N., Bohet A. et Le Guen M. et al., « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? » Population & Sociétés 2012 ;492 :1-4 http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1606/publi_pdf1_492.pdf