FICHE SANTÉ : L’HERPÈS GÉNITAL

Concept of Herpes Simplex Some Quick Facts

L’herpès génital est une infection virale sexuellement transmissible (IST).

 

Deux virus sont à l’origine de cette infection :

  • le HSV-1 est à l’origine des infections au niveau de la partie supérieure du corps (herpès labial, aussi appelé « bouton de fièvre »),
  • le HSV-2 se développe majoritairement sur les organes génitaux externes (vulve, fesses, autour de l’anus ou encore en haut des cuisses) et plus rarement sur les organes génitaux internes (vagin, col de l’utérus).

 

Comment s’attrape-t-elle ?

Très contagieux, le virus de l’herpès génital se transmet lors de rapports sexuels avec ou sans pénétration. L’un des partenaires, porteur de la maladie, transmet le virus à son partenaire par contact direct de la peau ou de la muqueuse infectée. De façon beaucoup plus rare, la transmission peut également se faire en l’absence de symptômes visibles.

Le virus HSV-1 responsable à 95 % de l’herpès labial est aussi la cause de 20 à 40 % des cas d’herpès génital 1.

Ce qui signifie qu’un rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe peut être à l’origine d’une transmission du virus présent sur les lèvres ou les parties sexuelles du partenaire et vice-versa.

La poussée d’herpès

Les signes annonciateurs : une sensation douloureuse soudaine, rapidement suivie de sensations de brûlure.

Quelques heures plus tard, se forment une ou plusieurs lésions rouges (papules)3 bientôt recouvertes de petites bulles (vésicules) contenant un liquide clair. Les vésicules s’ouvrent, formant des ulcérations.

Dans le cas de l’herpès génital, fièvre, courbatures, maux de tête, douleurs en urinant peuvent également accompagner ces lésions 4.

Après quelques jours, des croutes apparaissent à la surface des ulcérations puis tombent annonçant la fin de la poussée. L’ensemble de l’éruption dure un peu plus d’une semaine3.

La fréquence moyenne des récidives est de 4 par an, mais peut varier sensiblement d’une personne à l’autre1.

Certaines circonstances favorisent les poussées. Elles sont nombreuses et impossibles à éviter : fatigue, règles, stress, vive émotion ou encore traumatisme local3.

Comment agir ?

Si vous ou votre partenaire est porteur du virus :

Lors des rapports sexuels, il faut systématiquement se protéger en utilisant un préservatif.

En effet, certaines IST causées par des bactéries (comme la syphilis ou les chlamydiae) peuvent être totalement guéries. Mais celles causées par des virus ne peuvent être guéries. Le virus reste présent dans l’organisme à l’état latent.

C’est le cas de l’herpès qui peut rester longtemps « en sommeil » et ne se manifester que des années plus tard1.

 

En cas de poussée, pour vous comme pour votre partenaire 5 :

Comme le virus se transmet par contact direct avec la peau ou la muqueuse infectée, il faut donc durant quelques jours, jusqu’à disparition totale des lésions :

  • S’abstenir d’avoir des rapports sexuels même avec un préservatif pour ne pas contaminer son partenaire.
  • Se laver systématiquement les mains pour éviter les contaminations, notamment avec les yeux.
  • Ne pas gratter les lésions.
  • Éviter tout contact avec des nouveau-nés ou des femmes enceintes, chez qui la contamination peut se révéler très grave.

 

Quels traitements ?

Il est possible de réduire la durée et la fréquence des poussées ainsi que la transmission du virus par des traitements antiviraux oraux.

Par ailleurs, un nouveau traitement de l’herpès génital6 existe pour traiter les symptômes. Appliqué directement sur les lésions, il contribue à réduire les symptômes, notamment la douleur. Parlez-en à votre médecin, il saura vous conseiller.